Conférence de presse du 23 juillet 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/07/23

CCTV : La Chine et la France ont eu récemment un dialogue stratégique et un dialogue économique et financier de haut niveau. Quels ont été les sujets abordés et le consensus dégagé ? Cela signifie-t-il une relance complète des relations sino-françaises après la pandémie ?

Wang Wenbin : Le 15 juillet, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Conseiller diplomatique du Président français Emmanuel Bonne ont tenu avec le succès le 20e Dialogue stratégique Chine-France. Le 21 juillet, le Vice-Premier Ministre Hu Chunhua et le Ministre français de l'Économie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire ont coprésidé le 7e Dialogue économique et financier de haut niveau Chine-France. La Chine a donné une présentation détaillée des dialogues dans des communiqués de presse. Je tiens à souligner que les deux dialogues susmentionnés ont eu lieu selon le consensus important réalisé par les deux Chefs d'État lors de leur quatrième entretien téléphonique cette année. Il s'agit également des premiers dialogues institutionnels de haut niveau entre la Chine et un grand pays, qui sont d'une grande importance pour préparer la reprise des contacts de haut niveau entre la Chine et la France dans un proche avenir, et pour réaliser un plus grand développement des relations bilatérales ayant traversé l'épreuve du COVID-19.

Les deux dialogues ont donné des résultats fructueux, qui peuvent être résumés sous les aspects suivants. Premièrement, les deux parties ont eu des échanges larges et approfondis sur la coopération internationale et multilatérale contre la pandémie, l'approfondissement de la coopération pragmatique bilatérale et la promotion du développement sain et régulier des relations Chine-France et Chine-UE, ce qui a approfondi la connaissance mutuelle et renforcé la confiance politique mutuelle. Deuxièmement, les deux parties ont précisé les priorités des relations bilatérales futures et ont convenu de maintenir l'élan des échanges fréquents de haut niveau, de rechercher des progrès réguliers dans des projets de coopération clés dans des domaines tels que la prévention et le contrôle des maladies infectieuses émergentes, l'agroalimentaire et l'aviation. Elles vont faire jouer pleinement le rôle de la « voie verte » pour contribuer à la reprise de la production dans les deux pays et maintenir la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement. Les deux parties exploreront activement la coopération dans de nouveaux domaines favorables à la reprise économique et à la transformation et à la modernisation industrielles. Le Dialogue économique et financier de haut niveau, en particulier, a abouti à 42 résultats de coopération concrets, ce qui est un acquis impressionnant. Troisièmement, les deux parties ont souligné l'importance des relations Chine-UE et ont convenu d'accélérer les négociations sur un accord d'investissement sino-européen, de signer un accord sur les indications géographiques dans les meilleurs délais, de renforcer sérieusement la coopération sino-européenne en matière de changement climatique et de protection de la biodiversité, pour mettre en œuvre le multilatéralisme par des actions concrètes. Quatrièmement, les deux parties se sont engagées à adopter des politiques macroéconomiques efficaces pour soutenir la croissance économique, à renforcer la coordination des politiques pour lutter conjointement contre les répercussions de l'épidémie de Covid-19, à soutenir le rôle du G20 en tant que principal forum de coopération économique internationale et à s'opposer au protectionnisme sous toutes ses formes. Les deux parties soutiennent le rôle de premier plan de l'OMS dans la promotion et la coordination de la lutte mondiale contre la pandémie, et appellent à maintenir la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement régionales et mondiales afin de favoriser une reprise ordonnée de la production. Les deux parties se sont également mises d'accord pour sauvegarder conjointement un environnement de marché équitable et non discriminatoire, et encourager les entreprises de tous les pays à participer au développement du réseau de la 5G conformément aux principes du marché et de la sécurité.

Comme le montrent les dialogues susmentionnés, les relations entre la Chine et la France, l'une comme l'autre membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, et grands pays influents, ayant des dimensions globales et stratégiques, ont atteint un niveau très élevé. Approfondir et élargir ce partenariat stratégique global est non seulement dans l'intérêt des deux pays, mais aussi favorable à la promotion des relations Chine-UE, à la sauvegarde de la paix et du développement dans le monde et à l'amélioration de la stabilité dans un monde plein d'incertitudes.

Agence de presse Xinhua : Le 22 juillet, le Secrétaire d'État américain Pompeo et d'autres hauts fonctionnaires ont affirmé que la fermeture du consulat général de Chine à Houston était une réponse à l'ingérence de la Chine dans les affaires intérieures américaines, au vol des droits de propriété intellectuelle américaine et à l'espionnage dans les activités commerciales, actes menés par la Chine depuis des années, et l'objectif était de « protéger les droits de propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains ». Ils ont également affirmé que les États-Unis insistaient sur l'équité et la réciprocité dans les relations avec la Chine et qu'ils ne pourraient tolérer les violations par la Chine de leur souveraineté et l'intimidation de leur peuple. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les missions diplomatiques et consulaires chinoises aux États-Unis, y compris le consulat général à Houston, œuvrent à la promotion de l'amitié et de la coopération entre les deux peuples, et respectent depuis toujours le droit international et les lois locales aux États-Unis. Le consulat général à Houston est le premier consulat général chinois ouvert aux États-Unis après l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Depuis plus de 40 ans, le consulat général de Chine à Houston travaille à promouvoir la connaissance mutuelle entre les différents milieux chinois et américains et la coopération dans différents domaines. Les accusations américaines selon lesquelles le consulat général de Chine à Houston se livre à des activités incompatibles avec son statut ne sont que des calomnies malveillantes.

La demande américaine de la fermeture du consulat général de Chine à Houston constitue une grave violation du droit international, des normes fondamentales régissant les relations internationales, et du traité consulaire entre la Chine et les États-Unis. Cela nuit gravement aux relations bilatérales, et sape le lien d'amitié entre les peuples chinois et américain.

CRI : Le Département d'État américain a twitté un lien sur la politique d'intégration militaro-civile de la Chine en affirmant que « le Parti communiste chinois cherche à développer ses forces militaires en profitant des technologies clés des institutions de recherche, des universités et des entreprises privées des États-Unis ». Comment la Chine y réagit-elle à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine a exprimé sa position sur cette question à plusieurs reprises. Récemment, les États-Unis, motivés pour des raisons politiques, ont déformé et dénigré maintes fois la politique d'intégration militaro-civile de la Chine, en recourant au chantage au nom de la morale, à la pression politique et même à la menace de sanctions contre des entreprises et des chercheurs chinois et américains. La Chine exprime son vif mécontentement à ce sujet.

La promotion du développement de l'intégration militaro-civile est une pratique courante dans la communauté internationale, y compris aux États-Unis. L'histoire de l'intégration militaro-civile aux États-Unis remonte à l'époque d'avant la Première Guerre mondiale. Ces dernières années, les États-Unis ont accéléré la mise en œuvre de l'intégration militaro-civile dans toutes les dimensions et dans de multiples domaines. Le Département américain de la Défense et l'armée mènent une coopération sous différentes formes avec de nombreux universités, instituts de recherche scientifiques et entreprises. Certaines sociétés multinationales américaines telles que Lockheed Martin sont elles-mêmes le résultat d'une « fusion militaro-civile », avec des opérations et des produits couvrant les domaines militaire et civil.

Les accusations américaines contre la Chine sont une pratique typique du « deux poids deux mesures » et reviennent à l'idée selon laquelle les puissants peuvent tout se permettre. Le véritable objectif américain est de créer des prétextes pour justifier leur blocus de haute technologie contre la Chine. Le fond de cette pratique est la mentalité de la guerre froide, à laquelle les États-Unis s'accrochent encore, alors qu'ils tentent de contenir le développement de la Chine. Cela va à l'encontre de l'esprit de coopération internationale et de la tendance de notre époque, et finira par nuire aux intérêts de la Chine, des États-Unis et du monde entier.

La politique d'intégration militaro-civile de la Chine vise à mobiliser efficacement les ressources militaires et civiles, à coordonner la croissance socio-économique et le développement de la défense nationale pour davantage faire bénéficier le public de progrès scientifiques et technologiques. Cette politique est juste et irréprochable. Les progrès scientifiques chinois sont réalisés grâce aux efforts assidus et à l'innovation du peuple chinois. Nous exhortons les États-Unis à corriger immédiatement leur erreur, à mettre fin aux provocations délibérées et au dénigrement malveillant contre la Chine, et à revenir sur la bonne voie de la coopération gagnant-gagnant.

NPR : Première question, hier, la Chine a menacé de représailles si les États-Unis ne revenaient pas sur la décision de fermer le consulat général de Chine à Houston. Pouvez-vous nous expliquer de quelles mesures il s'agit ? Deuxième question, hier, la Chine a affirmé que la partie américaine avait ouvert à deux reprises des valises diplomatiques appartenant aux missions étrangères chinoises et saisi des articles à usage officiel de la Chine. Pouvez-vous préciser les circonstances dans lesquelles ces valises diplomatiques ont été ouvertes et la nature des objets qui ont été confisqués par les États-Unis ?

Wang Wenbin : Je vais d'abord répondre à votre deuxième question. En juillet 2018 et en janvier 2020, les États-Unis ont ouvert des valises diplomatiques chinoises à deux reprises sans autorisation, ce qui est une violation flagrante de la « Convention de Vienne sur les relations diplomatiques » et de la « Convention de Vienne sur les relations consulaires », et une grave atteinte à la dignité diplomatique de la Chine et à ses intérêts de sécurité. Après ces incidents, la mission diplomatique chinoise aux États-Unis a immédiatement fait des démarches solennelles auprès des États-Unis. La partie américaine n'a pas nié les faits concernés, mais a utilisé à plusieurs reprises des raisons techniques comme prétexte pour se soustraire à la responsabilité de ses actes erronés. Ce que les États-Unis ont fait va à l'encontre du droit international et des normes régissant les relations internationales et doit être condamné.

Quant à votre première question, la Chine aura les réactions nécessaires face aux actions déraisonnables des États-Unis et protégera ses droits et intérêts légitimes.

Bloomberg : Premièrement, selon des informations, comme contre-mesure à la demande des États-Unis de fermer le consulat général de Chine à Houston, la Chine pourrait fermer le consulat général des États-Unis à Chengdu ou celui de Hong Kong. La Chine peut-elle le confirmer ? Deuxièmement, selon des sources d'information, CCTV avait annulé son plan de diffusion des matchs de Premier League anglaise. Certains interprètent cela comme des représailles de la Chine contre les récentes mesures du Royaume-Uni sur les questions liées à Huawei et à Hong Kong. Quel est le commentaire du Ministère chinois des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : Concernant votre première question, la Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes en réponse aux actions déraisonnables de la partie américaine.

Quant à votre deuxième question, je ne dispose pas d'informations concrètes. Je vous invite à vous renseigner auprès des départements compétents chinois.

Reuters : Combien d'agents diplomatiques et consulaires chinois y a-t-il aux États-Unis ? Et combien d'agents diplomatiques et consulaires américains y a-t-il en Chine ?

Wang Wenbin : Comme je l'ai dit hier, prétendre que les relations américano-chinoises ne sont pas réciproques est un prétexte de prédilection auquel ont toujours recours les États-Unis, mais qui n'a ni rime ni raison. En fait, les États-Unis dépassent de loin la Chine en termes de nombre de missions diplomatiques et consulaires, et de nombre de personnels diplomatiques et consulaires.

New York Times : Certains aux États-Unis sont d'avis que la confrontation sino-américaine est bénéfique pour la campagne électorale du Président Trump, car les Américains soutiendront certainement leur Président. Comment la Chine peut-elle maintenir sa souveraineté tout en évitant l'ingérence dans les affaires intérieures américaines ?

Wang Wenbin : Vous avez raison de dire que la Chine reste attachée au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Nous ne nous intéressons pas à nous ingérer dans l'élection présidentielle américaine et nous espérons que les États-Unis cesseront de faire du tapage autour de la Chine. Nous recommandons aux États-Unis de s'abstenir de commettre erreur sur erreur, sinon la Chine aura des réactions légitimes et nécessaires.

China News Service : Selon des reportages, le gouvernement sud-coréen enverra, le 23 juillet, 159 employés d'entreprises sud-coréennes en Chine par un vol charter dans le cadre de la « voie verte », dont la plupart sont des employés de petites et moyennes entreprises. Avez-vous plus de détails sur le fonctionnement de la « voie verte » entre la Chine et la République de Corée ?

Wang Wenbin : Depuis la survenue du COVID-19, la Chine et la République de Corée se sont prêté soutien et aide en faisant preuve d'esprit de solidarité. Les deux pays sont les premiers à avoir mis en place un mécanisme conjoint de prévention et de contrôle de l'épidémie et à avoir ouvert une « voie verte » facilitant les déplacements indispensables des personnels, créant ainsi un modèle de coopération anti-épidémique internationale. La « voie verte » a profité aux deux parties, en jouant un rôle important dans la promotion de la reprise de la production dans les deux pays, le renforcement de la coopération économique et du commerce bilatéral, et la stabilisation des chaînes industrielles et d'approvisionnement, et a créé d'importants bénéfices économiques et sociaux.

À présent, la situation épidémique en Chine et en République de Corée a été maîtrisée efficacement. En tenant compte de la situation la plus récente et des besoins pratiques, les deux parties s'emploient à élargir le champ d'application de la « voie verte » pour qu'elle profite à davantage de personnes et de groupements des deux côtés. La Chine et la République de Corée travaillent conjointement à la création d'un réseau régional de la « voie verte » et s'engagent à contribuer activement au fonctionnement stable des chaînes industrielles et d'approvisionnement régionales et mondiales.

Phoenix TV : Certains médias disent que la demande américaine de fermeture du consulat général de Chine à Houston est une réponse au fait que la Chine n'a pas facilité la réouverture du consulat général américain à Wuhan. Pouvez-vous confirmer cela ?

Wang Wenbin : Ce n'est pas vrai. Comme tout le monde le sait, en janvier 2020, les États-Unis ont annoncé unilatéralement la fermeture temporaire de leur consulat général à Wuhan et en ont retiré tous leurs personnels. En juin, certains membres du corps diplomatique du consulat général américain à Wuhan sont retournés dans la ville et ont repris leurs activités au consulat général. La Chine a toujours facilité l'exercice légal des fonctions du consulat général américain.

The Paper : Les Chefs d'État de la Chine et de l'Arabie saoudite ont échangé des messages de félicitations marquant le 30e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Comment la Chine évalue-t-elle les relations bilatérales et la coopération pragmatique avec l'Arabie saoudite ? Quelle leçon en tirer ? Comment voyez-vous les relations bilatérales dans les 30 prochaines années à venir ?

Wang Wenbin : Au cours des trois décennies qui ont suivi l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l'Arabie saoudite, les relations bilatérales ont connu un développement rapide et régulier marqué par de fréquents échanges de visites de haut niveau et un renforcement continu de la confiance politique mutuelle. Ces dernières années en particulier, le Président Xi Jinping et le Roi Salman bin Abdulaziz Al Saud ont eu des échanges de visites fructueuses. Un partenariat stratégique global a été établi et un comité mixte de haut niveau a été créé, donnant une forte impulsion aux relations sino-saoudiennes dans la nouvelle ère. Les deux parties mènent une coopération fructueuse dans les secteurs de l'énergie, de l'économie et du commerce, de l'investissement et de la haute technologie dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », ainsi que des échanges socioculturels plus étroits. Face à la pandémie de COVID-19, la Chine et l'Arabie saoudite ont mené une coopération étroite, en se prêtant soutien et aide, dans les domaines de l'assistance, de la prévention et du contrôle de l'épidémie et de la recherche scientifique, écrivant un nouveau chapitre de solidarité dans la lutte anti-épidémique.

Après trois décennies de développement, les relations sino-saoudiennes sont devenues un exemple de relations interétatiques caractérisées par le respect mutuel et les avantages réciproques. En envisageant l'avenir, nous avons toute la confiance dans les perspectives de ces relations. Nous sommes prêts à travailler avec l'Arabie saoudite pour faire du 30e anniversaire de l'établissement des relations entre les deux pays un nouveau point de départ, bien mettre en œuvre l'important consensus dégagé par les dirigeants des deux pays, consolider sans discontinuer la confiance politique mutuelle, renforcer la communication et la coordination sur les questions régionales et internationales, afin d'approfondir la coopération pragmatique dans divers domaines et de créer un avenir plus radieux pour les relations bilatérales.

BBC : Vous avez évoqué il y a quelques jours la nouvelle procédure de test d'acide nucléique COVID-19 pour les embarquements vers la Chine. Cela signifie-t-il que la Chine permettra à un plus grand nombre de personnes de venir en Chine en toute sécurité ? Et la Chine envisage-t-elle également de modifier bientôt la réglementation qui prévoyait un vol par semaine pour chaque itinéraire de chaque compagnie aérienne pour la destination vers un pays, en augmentant le nombre de vols et en accordant la priorité aux pays plus sûrs par rapport aux autres ?

Wang Wenbin : Comme je l'ai dit l'autre jour, alors que la pandémie de COVID-19 est maîtrisée ou s'atténue dans certains pays, les voyages internationaux et les vols internationaux reprennent progressivement. Les mesures annoncées par la Chine visent à assurer la sécurité des voyages internationaux et à réduire le risque de transmission transfrontalière du virus. En formulant les nouvelles mesures, nous nous sommes également inspirés de la pratique d'autres pays.

Quant à votre deuxième question, je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents chinois.

China News Service : Les États-Unis affirment que le consul général de Chine à Houston et deux autres diplomates ont récemment été surpris en train d'utiliser de fausses pièces d'identité pour escorter des voyageurs chinois jusqu'à la zone d'embarquement d'un vol charter dans un aéroport américain. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les informations personnelles des diplomates chinois accrédités aux États-Unis sont ouvertes et transparentes pour la partie américaine. Les agents consulaires chinois entrent dans les zones réglementées des aéroports avec l'approbation de la partie américaine, munis des pièces d'identité consulaire délivrées par le Département d'État américain, afin de s'occuper des citoyens chinois prenant des vols temporaires. Cette pratique est raisonnable, légitime et légale, et il y a de nombreux précédents. Les remarques américaines sont inventées de toutes pièces, et leurs accusations sont tout à fait contraires à la réalité.

AFP : Selon des médias français, la France interdira aux opérateurs télécoms français d'acheter de nouveaux équipements de Huawei. Pouvez-vous le confirmer ?

Wang Wenbin : Le Président français Emmanuel Macron et d'autres dirigeants français ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils ne prendraient pas de mesures discriminatoires à l'encontre de pays ou d'entreprises spécifiques sur la question de la 5G, et qu'ils n'accepteront pas davantage d'exclure Huawei. Lors du 7e Dialogue économique et financier de haut niveau Chine-France qui vient de s'achever, les deux parties ont réaffirmé qu'elles encourageraient les entreprises de tous les pays à participer au développement de la 5G conformément aux principes du marché et de la sécurité.

Nous espérons et pensons que la partie française honorera son engagement, écartera les perturbations, s'en tiendra aux principes de l'économie de marché et des règles de libre-échange, créera un environnement commercial ouvert, équitable et non discriminatoire, par des actions concrètes, pour les entreprises chinoises qui investissent en France, y compris Huawei, afin de maintenir réellement la dynamique de développement favorable des relations économiques et commerciales sino-françaises.

CRI : Selon des médias japonais, le gouvernement japonais a décidé, le 22 juillet, de mener des consultations avec la Chine, y compris les régions de Hong Kong, de Macao et de Taiwan, et la République de Corée sur l'assouplissement des restrictions à l'entrée des personnels. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous saluons la décision du Japon de prendre des mesures appropriées et fondées sur la science pour gérer correctement l'entrée et la sortie des personnels en fonction de l'évolution de la situation épidémique. Dans le contexte du maintien des mesures de prévention et de contrôle réguliers de l'épidémie, la reprise progressive des échanges personnels nécessaires entre la Chine et le Japon contribuera à une reprise accélérée de la production dans les deux pays, à la reprise économique et au maintien du fonctionnement régulier et sans entraves des chaînes industrielles et d'approvisionnement.

New York Times : La Chine reste-t-elle attachée à l'accord commercial de première phase signé avec les États-Unis le 15 janvier 2020 ? La fermeture du consulat général de Chine à Houston incitera-t-elle la Chine à reconsidérer la mise en œuvre de cet accord ?

Wang Wenbin : La position de la Chine sur les relations sino-américaines est constante. La question de savoir quelle direction prendra le développement des relations sino-américaines est une question à laquelle la partie américaine doit réfléchir avec tout le sérieux qui s'impose.

Pour les détails que vous avez demandés sur l'accord économique et commercial sino-américain, je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents chinois.

Shenzhen TV : Le gouvernement britannique a publié les règles relatives aux conditions de visa pour les passeports des citoyens britanniques d'outre-mer (BNO), qui seront mises en application début 2021. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le Royaume-Uni, au mépris des représentations solennelles de la Chine, tient à procéder à la manipulation politique sur la question du passeport BNO, violant ouvertement son engagement ainsi que le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et s'ingérant de manière flagrante dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine. La Chine s'y oppose fermement. Étant donné que la partie britannique a d'abord rompu son engagement, la partie chinoise envisage de ne plus reconnaître les passeports BNO comme documents de voyage valides, et se réserve le droit de prendre d'autres mesures.

South China Morning Post : Le Secrétaire d'État adjoint américain Stilwell a accusé le consulat général de Chine à Houston d'être « à l'épicentre d'une grande quantité d'activités subversives ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La partie américaine parle à tort et à travers sans aucune preuve ni aucun fait.

BBC : Vous avez dit que la Chine envisageait de ne plus reconnaître le passeport BNO comme document de voyage valide. Cela signifie-t-il que les gens ne pourront plus entrer et sortir de Hong Kong avec ce passeport ?

Wang Wenbin : La Chine envisage de ne plus reconnaître les passeports BNO comme document de voyage valide. La signification est très claire.

Suggest To A Friend:   
Print